mercredi 5 mars 2008

1.1 Le Mellah





Illustration 33: Le Mellah: quelques ruines. (et une antenne au fond)



Le Mellah est toujours habité par les populations locales malgré l'état délabré de certaines batisses. Ainsi tout comme la kasbah de Debdou, le mellah n'a pas d'intéret architectural particulier. “elle raconte l'histoire d'un mode de construit rural, en matériaux locaux avec une mise en oeuvre axée sur la structure de la construction, ne prêtant place à aucune recherche ornementale”


Mamoun Naciri rapport d'analyse et de diagnostique concernant la kasbah de Debdou , 2005 P75



Illustration 34: Le Mellah: Maison type.



Quand je dis maison type, il faut comprendre banal. Alors que j'ai bien eu du mal à trouver une maison qui me semblait à peu prés authentique et en bon état dans ce quartier. Je ne vous conseille pas de vous balader sur ces balcons, vous risquez d'avoir une mauvaise surprise!





Illustration35: Le Mellah: rue en cul de sac.


Pas de quoi s'emballer c'est la même maison que tout à l'heure vu sous un angle différent.



La rue en cul de sac est typique des ruelles du mellah. Celles ci sont trés étroites et les maisons se collent les unes aux autres tout comme les quartiers des kiadid et des Oulad Youssof.


Illustration 36: Le Mellah: une porte(!!!)

Et oui comme vous pouvez le voir je me suis pas foulé. J'ai pris en photo la première porte que j'avais sous les yeux.

L'architecture des portes ont été décrites par Mamoun Naciri : “les portes extérieures des habitations sont de types rural à l'image des constructions. Elles sont à un ouvrant à la française en bois , rectangulaires, sobres dénuées de toute sorte d'ornement Elles sont construites en planches jointives verticales, reliées grace à des traverses hoizontales sur leur face intérieure. Les linteaux apparents sur les façades sont en madriers de bois grossièrement taillés. [...] Leur confection était assurée éssentiellement par les artisants juifs auxquels on reconnaissait le savoir fair en menuiserie”.


Source:Mamoun Naciri Architecte D.P.L.G. « Étude architecturale et plan de sauvegarde de la kasbah de Debdou rapport et diagnostique. » Decembre 2005 P75


Retour au SOMMAIRE

3 commentaires:

Jacques Gandini a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.
Jacques Gandini a dit…

Bonjour
Je travaille depuis deux ans sur la « Reconnaissance au Maroc » de Charles de Foucauld. Il y a trois semaines j'étais à Debdou à la recherche de traces de son passage, principalement de la maison où il a séjourné.
A mon arrivée en ville, nous avons eu la chance de rencontrer M. Abdelmajid Boukhrai (06.61.91.02.39), secrétaire général de la commune de Debdou, qui s'est fait un plaisir de nous guider dans l'ancien mellah. Nous avions entre les mains copies des photos prises au début des années 1990 par Ahmed Khaoui (*) représentant la maison de David ben Zahra qui hébergea CdF en mai 1884. Avec l'aide de beaucoup de personnes, nous n'avons retrouvé que les ruines d'une maison qui ne disaient pas grand chose par rapport aux photos que nous présentions. M. Boukhrai, très intéressé par notre recherche, nous a confirmé une semaine plus tard, d'après son enquête locale, que ce qui avait été trouvé était bien l'endroit où CdF avait séjourné dans le mellah.
(*) Photos extraites du livre : Clair de lune sur les Juifs d'Oujda et des Angads, de Smaïli Moulay Abdelhamid,1992.
Par hasard, je suis tombé sur votre site qui ne manque pas d'intérêt. Je dois avouer que je vais traiter succinctement l'histoire de Debdou, mais j'y ai trouvé quelques renseignements qui complètent ce que j'ai déjà.
Dans votre portrait, j'ai été très surpris de voir que vous êtes « de Lunel », où j'étais encore samedi dernier, car j'habite à Calvisson dans le Gard.
Dans ma bibliothèque (plus de 1000 ouvrages) sur le Maroc, j'en ai quelques-uns sur l'Oriental.
Comme je compte bien retourner sur zone cet hiver, j'aurai besoin de trouver quelques-une des références que vous donnez d'ouvrages sur Debdou...
en particulier : Mamoun Naciri : « Étude architecturale et plan de sauvegarde de la kasbah de Debdou rapport et diagnostique. » Décembre 2005
Lors de nos relevés sur le terrain, nous avions copies des cartes de l'itinéraire de CdF au format et nous avons essayé de le retrouver sur la Gaada, accès à Debdou par l'oued Beni Riss, malgré nos 4x4 cela n'a pas été une mince affaire avec la quantité de pistes que nous avons rencontrées. En final, nous n'avons plus eu que la solution de revenir à la route...
Nous possédions dans nos gps plusieurs cartes de la région et nous sommes tombé sur une indication qui nous a beaucoup surpris, l'indication d'une source : A. Barbar. Source de Foucauld. Je tient un extrait de la carte à disposition.
On peut me joindre directement par : dpm30@sfr.fr
Merci pour votre attention.
Cordialement
Jacques Gandini, 11 Grand Rue, 30420 Calvisson
Auteur des guides "Pistes du Maroc, à travers l'histoire".
www.extrem-sud.com


Jacques Gandini a dit…

Bonjour

Je serai de retour à Debdou, vers la fin mai prochain (2017). L'important est de retrouver exactement par où Charles de Foucauld est arrivé à Debdou. Après être arrivé sur la Gaada, il est passé par la source Aïn Barbar (sur les cartes : source de Foucauld) puis par la vallée de l'oued Beni Riss, pour rejoindre ensuite le col de Sidi Mimoun avant la descendre sur la ville.
Lui, il a fait le parcours avec ses mules, pour nous je ne sais pas jusqu'où nous pourrons passer en 4x4. Ensuite mon assistant marocain, assurera le relevé gps en randonnée pédestre jusqu'à l'ancien mellah de Debdou.
A bientôt
J. Gandini